julie-breukel-membre-comite-nicefuture

Prendre soin de soi en temps de confinement

Julie Breukel Michel partage son regard sur la période que nous traversons avec sa longue expérience de la médecine tibétaine :

 

Comment prendre réellement soin de soi en cette période étonnante ? Quels pourraient être les outils pour nous aider pour une traversée plus sereine de ce moment ?

Je vous propose de prendre le temps de regarder ensemble nos possibles, sans bouger de chez nous, en nous appuyant sur les conseils de bonne santé de la médecine traditionnelle tibétaine.

Tout d’abord, n’oublions pas les gestes barrières et les différentes mesures proposées qui nous servent à gérer cela du point de vue matériel, car c’est vraiment très important de respecter cela au mieux, afin de ne mettre personne en danger. Au delà de cela, il y a des paramètres de santé qui peuvent être mis en œuvre pour agir plus globalement.

L’élément le plus bienfaisant actuellement est de se relier au vivant. De vrais moments d’échanges et de partages peuvent nous amener à toucher à cette joie de la magie du vivant, ce qui se révèle extrêmement bénéfique en ce moment.. Que cela soit par nos relations avec nos proches ou l’observation de notre relation à nous-mêmes ( oui, notre discours intérieur peut être plus ou moins agréable à entendre…) Nous pouvons également nous relier à la nature, et pour cela il n’est pas utile de gravir les montagnes : un coin de ciel, un arbre, une fleur, un brin d’herbe… seront tout à fait suffisant et même notre nourriture peut jouer ce rôle.

Plus concrètement, je voulais proposer quelques outils pour nous aider à travailler avec nos émotions et pour commencer avec les peurs. Comment ne pas se laisser prendre dans le flux de la panique générale, si bien attisée de tous côtés? En général, la peur arrive avec un espèce de pare-fumée qui nous empêche de regarder attentivement ce qui nous épouvante, et plus nous sommes épouvantés, plus cela devient épouvantable en nous-mêmes et moins nous sommes enclins à regarder calmement de quoi il en retourne. Osons prendre le temps de nous confronter très concrètement à nos peurs profondes pour pouvoir découvrir ce qui s’y cache.

En médecine tibétaine, la peur est associée à l’énergie du vent. Le vent, c’est léger, changeant, cela peut augmenter de façon exponentielle et dans notre société nous avons tendance à tout faire pour faire croître cette énergie : Tous les modes de déplacements plus rapides que le pas augmentent le vent, toutes les musiques qui ont un rythme plus rapide que celui du cœur augmentent le vent, toutes les nourritures qui ont été dans les frigos ou contiennent des additifs augmentent le vent….etc… Comme cela augmente également le désir ou l’avidité, c’est assez intéressant pour une société de consommation d’exacerber ces paramètres, car nous ne nous sentons jamais satisfaits.

Vous l’aurez compris, l’action la plus simple et directe pour sortir de nos peurs. c’est de ralentir à tout niveaux et d’exprimer de la gratitude, de la satisfaction et de se réjouir de ce que l’on a. Il ne s’agit pas tellement d’être optimiste à tous prix, mais plutôt de cesser de passer tout son temps à relever tout qui ne fonctionne pas et nous rend anxieux et insatisfait.

Si cela ne suffit pas, il y a plusieurs moyens d’action :

Nous pouvons, par exemple huiler tout le corps avec une huile (sésame. amande douce etc ou si nous sommes facilement en colère, coco ou olive). Cela nous aidera à fermer les pores de notre peau et à perdre moins d’énergie tout en stimulant le sens du toucher pour augmenter l’énergie de l’élément terre en nous, une énergie qui pacifie le vent dans ce cas.

Si nous dormons mal, en particulier pour les difficultés d’endormissement et les réveils dans la dernière partie de la nuit, nous pouvons mettre un bonnet pour dormir. Ce n’est pas grave si il ne reste pas sur notre tête toute la nuit. Nous pouvons chercher parmi ceux que nous avons à la maison, celui qui est assez fin pour ne pas nous déranger. Si nous n’en avons pas, un foulard ou n’importe quel morceau de tissu fera l’affaire.

Si nous constatons que certains de nos proches paniquent. Entourons les d’affection, c’est le meilleur moyen de faire tomber le vent/ la peur. Parlons leur de façon douce, calme, rassurante. Plus nous avons de vent plus nous devenons vulnérables aux pensées négatives ou perméables aux pensées réjouissantes. Libre à nous d’utiliser cela en conscience pour conforter une personne qui pourrait en avoir besoin.

Prendre soin de la peur et de la panique, peut sembler dérisoire devant l’ampleur de ce qui nous arrive et c’est pourtant très important en ce moment car les symptômes déclenchés par le Covid 19 et les crises de panique sont tellement similaires. C’est d’autant plus important que ce sont les personnes âgées qui sont les plus touchées et que c’est justement la phase de la vie qui est le plus sujette à l’augmentation du vent. Prenons donc collectivement soin de rester le plus serein possible, vigilants bien sûr, mais sans panique.

 

Pour certains l’émotion de réaction qui pourrait se manifester actuellement pourrait aussi être la colère, La colère, c’est l’énergie de notre feu. Quand tout se passe bien et que nous réussissons à être assez patients pour comprendre ce qui est en jeu, notre colère retombe comme un soufflé et nous pouvons nous relier à la vraie compassion. Dans tous les cas toutes les actions initiées dans un moment de colère ne porteront jamais les fruits que nous désirons et mieux vaut réussir à calmer l’incendie avant d’agir…

Là aussi, il y a des outils qui sont à la portée de presque tous. Le premier, c’est la douche froide ou à défaut les mains dans l’eau froide un moment. Pour ma part, j’aime assez le vaporisateur d’hydrolat de rose qui a un effet magique chez les enfants, à utiliser comme une douche de rosée au-dessus de la tête. En terme d’alimentation on peut privilégier le yaourt, les bananes, le concombre quand c’est la saison, la menthe… Tous ces conseils peuvent également être utile à une personne qui n’exprimera pas sa colère mais aura des maux de tête …

 

Certains vont se retrouver comme paralysés ou immobiles. Les jours passeront les uns après les autres et ils ne bougeront plus. Tout se fige et devient cotonneux…. Dans ce cas, il est urgent de faire des mouvements, des étirements ou n’importe quel mouvements, si petits qu’ils soient, Plus le corps sera sollicité par le mouvement, plus tout se remettra en route et les pensées suivront. Pour ces personnes, il est très important de faire attention à avoir des pensées positives, heureuses… En terme de nourriture, il vaudrait mieux manger chaud et limiter les salades et les crudités surtout si il ne fait pas très chaud dehors.

 

La médecine traditionnelle tibétaine ne donne pas beaucoup de conseils qui s’appliquent à tous de façon générale, car il est préférable de tenir compte des besoins particuliers propre à chaque constitutions et donc à chaque personne. Toutefois en regardant sur le moment quelle direction d’émotion domine, il est possible d’agir pour prendre mieux soin de soi. Pour aller plus loin il faudrait aller dans le détails des conseils que chacun pourrait utiliser au mieux.

L’eau chaude en médecine tibétaine est un premier remède pour de nombreuses difficultés. Pour la préparer, laisser bouillir l’eau, puis refroidir jusqu’à une température agréable à boire, sans rajouter d’eau froide pour garder toutes les propriétés de sa nature chaude intactes.

 

Un conseil qui pourrait s’appliquer à tous, c’est de boire de l’eau chaude, surtout si nous sommes davantage devant les écrans qu’à l’habitude. Oui, bien sûr, des messages ont circulé pour nous informer que l’eau chaude ne permet pas de lutter efficacement contre le Covid 19, mais il ne s’agit ici que de nous hydrater tout en préservant votre chaleur interne ou notre feu digestif, comme on l’appelle en médecine tibétaine.

 

En médecine traditionnelle tibétaine, un très vaste choix de mesures peuvent être utilisées pour prévenir comme pour soigner. Le comportement et l’alimentation sont les premiers leviers et les plus faciles à mettre en place.

 

En médecine traditionnelle tibétaine, des prophéties parlent de grandes épidémies à venir et de nos moyens d’actions. Les virus font souvent part des maladies dues à ce que les tibétains nomment «sinpo», des petites particules minuscules qui nous permettent d’avoir un système immunitaire fort quand elles sont en harmonie, et nous rendent au contraire vulnérables ou malades, lorsqu’il y a dysharmonie. Ce qui est intéressant, c’est toute la description des formes différentes de ces petites particules invisibles à l’œil nu. Il y a également une explication de ce qui amène leur dysharmonie. Les grands changements dans le paysages, par exemple, vont influencer très négativement cet équilibre des « sinpos » mais aussi, à chaque fois qu’une espèce végétale ou animale disparaît, cela provoque une sorte de gaz qui est extrêmement perturbateurs pour ces micro-organismes.

Les sagesses de santé tibétaines et de toutes les anciennes traditions pourraient nous soutenir dans nos grands défis actuels. Il ne s’agit pas d’opposer un système à l’autre, mais plutôt de voir quelles seraient les possibilités de bénéficier du meilleur des différentes visions pour stimuler la santé du plus grand nombre de personnes possible. Je nous souhaite réellement, que ce couronnement involontaire de notre monde par un virus, puisse nous inciter à renouer le dialogue, pour une vraie collaboration des systèmes de soins du vivant. Bon nombre de personnes perçoivent un lien entre nos comportements face à la nature et ce qui nous arrive, il est peut être temps de repositionner nos valeurs en terme de qualité de vie et sur nos chemins de guérisons…

 

julie breukel michel

 

 

Julie Breukel Michel utilise depuis de nombreuses années les thérapies quantiques et vibratoires pour harmoniser par résonances les différents désordres qui influencent la santé. Curieuse de mieux comprendre les mystères du corps, de l’énergie et de ses multiples dimensions spirituelles, elle se spécialise en médecine tibétaine, alchimie végétale et ethnomédecine. Depuis 2002, elle est enseignante et formatrice de Lu Jong reconnue par le Nangten Menlang International – sous la direction de Tulku Lobsang Rimpoché.


CENTRO LUNGTA
Benitt
CH – 6647 MERGOSCIA
Ticino
www.lungta.ch
+41 (0)91 730 99 91
+41 (0)79 636 69 48

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone

Mise à jour le 12 avril 2020 à 19 h 49 min

Ecrire un commentaire